Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/01/2017

Pour en savoir plus sur J.K - lire "à propos" en haut à gauche de cette page.

12/01/2017

(2) - Quel est l'objet de notre recherche ?

DSCF0152.JPG

Mais est-ce le bonheur que nous cherchons,

ou une sorte de satisfaction dont nous espérons tirer du bonheur ?

Le bonheur et la satisfaction sont deux choses différentes.

Peut-on chercher le bonheur ?

Peut-être est-il possible de trouver une satisfaction, mais peut-on "trouver" le bonheur ?

Le bonheur est un dérivé ; c'est le sous-produit de quelque chose.

et avant de consacrer nos esprits et nos coeurs à une recherche qui exige beaucoup de sincérité,

d'attention, de réflexion, de soins, nous devons savoir si c'est le bonheur

que nous voulons ou une satisfaction.

Je crains qu'il s'agisse en général de satisfaction.

Notre recherche a pour but de satisfaire notre désir de plénitude.

...

08/01/2017

(1) - Quel est l'objet de notre recherche ?

30159357636_c14d97cce2_c.jpg

Quel est le but que poursuivent la plupart d'entre nous ?

Quel est notre désir le plus profond ?

Dans ce monde agité, où tous s'efforcent, d'une façon ou d'une autre,

de trouver une paix, un bonheur, un refuge, il est important, n'est-ce pas,

que chacun de nous sache le but qu'il veut atteindre, l'objet de ses recherches.

Nous sommes probablement, presque tous, à la poursuite d'une sorte de bonheur,

d'une sorte de paix.

Dans un monde où règnent le désordre, les luttes, les conflits, les guerres,

nous voulons trouver un peu de paix dans un refuge.

Je crois que la plupart d'entre nous ont ce désir.

Et nous le poursuivons en passant d'une autorité à l'autre,

d'une organisation religieuse à une autre, d'un sage à un autre.

.../...

En 2016, notre site a reçu plus de 30.000 visites. Merci de votre fidélité.

20/12/2016

comprendre le fait réel (3/3)

IMG_5629 A.jpg

La vision est la projection de la tradition particulière qui se trouve constituer l'arrière-plan de l'esprit.

C'est ce conditionnement, et non la vision qu'il projette, qui est la réalité, le fait.

Il est simple de comprendre le fait réel,

mais cela est rendu difficile par nos préférences et nos aversions,

par notre condamnation du fait en question,

et par les opinions et les jugements que nous portons sur ce fait réel.

Se libérer de ces diverses formes d'évaluatation, c'est saisir la réalité,

comprendre ce qui est.

 

Le livre de la méditation et de la vie - poche - page 243

18/12/2016

Comprendre le fait réel. (2)

IMG_5628 A.jpg

Si vous êtes chrétien, vous aurez des visions d'un certain type ;

si vous êtes hindou, bouddhiste ou musulman, elles seront fonction d'un autre modèle.

Vous voyez le Christ, ou vous voyez Krishna,

selon votre conditionnement, et c'est votre éducation, 

la culture dans laquelle vous avez été élevé, qui détermine les visions en question.

Mais le réel, est-ce la vision, ou l'esprit qui a été façonné selon un modèle ?

à suivre...

 

Le livre de la méditation et de la vie, page 243

13/12/2016

Comprendre le fait réel. (1)

IMG_5082 A.jpg

Ce n'est pas vraiment complexe, bien que cela soit difficile.

C'est que, voyez-vous, nous ne commençons pas par le fait réel,

parce que nous pensons, faisons ou désirons.

Nous commençons par des suppositions, ou des idéaux, qui n'ont rien de réel,

et c'est pour cela que nous nous égarons.

Si l'on veut partir de la réalité et non des suppositions, il faut être extrêmement attentif,

et toute forme de pensée qui n'a pas le réel pour origine est une distraction.

C'est cela qu'il est essentiel de comprendre

ce qui se passe réellement en nous et autour de nous.

 

A suivre...

Le livre de la méditation et de la vie, page 243 (poche)

07/12/2016

Tant que l'animal est choyé, il réagit agréablement...

cat-47896__340.png



On ne peut se rendre compte de la façon dont on est conditionné
que lorsque survient un conflit dans une continuité de plaisir
ou dans une protection contre la douleur.

Si tout est harmonieux autour de nous ;
notre femme nous aime, nous l’aimons,
nous avons une maison agréable, de bons enfants,
beaucoup d’argent :
dans ce cas nous ne sommes en aucune façon conscients de notre conditionnement.

Mais lorsque survient l’accident, la femme infidèle,
la perte d’une fortune,
une menace de guerre ou toute autre cause de douleur et d’angoisse,
alors nous savons que nous sommes conditionnés.

Lorsque nous luttons contre une chose, quelle qu’elle soit,
qui nous dérange,
ou lorsque nous nous défendons contre une quelconque menace,
extérieure ou intérieure,
alors nous savons que nous sommes conditionnés.

Et comme la plupart entre nous, la plupart du temps, sont perturbés,
soit en surface soit en profondeur,
ce trouble,
ce désordre indique que nous sommes conditionnés.

Tant que l’animal est choyé, il réagit agréablement,
mais dès qu’il rencontre un antagonisme,
la violence de sa nature éclate.


J. Krishnamurti Se libérer du connu Chapitre 2 (p. 24-25)

06/12/2016

J.K - 1934 - ce livre c'est vous.

IMG_5714 A.jpg

J.K - 1934

"Pourquoi, demandait Krishnamurti en 1934,

préférez-vous l'étude des livres à celle de la vie ?"

"Découvrez ce qui est vrai et faux dans votre environnement,

avec toutes les oppressions et toutes les cruautés qui s'y manifestent,

et vous découvrirez alors la vérité."

J.K n'a cessé de souligner que "le livre de la vie", où tout bouge perpétuellement,

où tout est animé d'une vitalité que la pensée est impuissante à brider,

est le seul livre qui soit digne d'être "lu"

- les autres n'offrant que des informations de seconde main."

L'histoire de l'humanité

- l'immense expérience,

les peurs et les angoisses aux racines profondes,

la douleur,

le "plaisir et toutes les croyances accumulées par l'homme depuis des millénaires -,

cette histoire est en vous."

"Ce livre, c'est vous."

Dans ses causeries et conférences, il commençait généralement par expliquer ce qu'écouter veut dire,

et quelle est la relation entre l'orateur et son auditoire,

avant d'aborder finalement les questions qui font naturellement surface

lorsque notre vie est enfin en ordre

et que des choses plus profondes commencent alors à affleurer à la conscience.

03/12/2016

La vérité est un état.

k-lecture1.jpg

L'esprit qui fait des efforts, qui se discipline afin de toucher au but ne pourra jamais connaître la vérité,

parce que la fin recherchée est sa propre projection,

et la poursuite de cette projection, si noble soit-elle, est une forme de vénération de soi.

Cet être-là se vénère, c'est pourquoi il lui est impossible de connaître la vérité.

On ne peut connaître la vérité que lorsqu'on a compris l'ensemble des mécanismes de l'esprit,

c'est à dire quand cesse tout effort.

Le livre de la méditation et de la vie - page 238

02/12/2016

Novembre : 2.574 visiteurs, plus de 8.000 pages vues.

k-lecture2.jpg

Depuis l'ouverture du blog "la pensée de KRISHNAMURTI, (mars 2007)
vous avez été plus de 180.000 visiteurs occasionnels ou réguliers.

Une moyenne estimée à 2.000 visites mensuelles

vous êtes nombreux à le consulter régulièrement.

merci de votre intérêt pour le blog dédié à Jiddhu Krishnamurti

Marie claire

27/11/2016

Quelles sont les causes de nos problèmes relationnels ?


26/11/2016

la relation... (voir note du 19 novembre : la fonction de la relation)

lion_dormant.JPG

  Une relation où n'entre aucune tension cesse d'en être une,

elle n'est plus qu'une drogue, un soporifique qui endort confortablement,

 et c'est ce qui convient le mieux à la plupart d'entre nous.

24/11/2016

Se soustraire au désordre - telle est l’idéologie de l’ordre. (2)

30159361136_e628b1bf91_c.jpg


De cette division naît la conclusion selon laquelle le contrôle et celui qui contrôle d’une part,
et la chose contrôlée d’autre part, sont deux éléments distincts.

L’éducation, les croyances et les sanctions d’ordre religieux,
l’individu et la communauté,
l’artiste et le travailleur manuel,
la notion de vous et moi, de nous et eux

— voilà la culture dans laquelle se sont construits,
ont été élaborés tant le cerveau humain que les structures de la société.

Le contrôle et la pratique : telle est la voie de la pensée.

La pensée se scinde en deux :

celui qui contrôle et la chose contrôlée
— alors surgissent les problèmes, le conflit.

Traduction en français extraite du bulletin de l’ACK n° 69 - Deuxième bulletin 1995 (1996).

23/11/2016

Se soustraire au désordre - telle est l’idéologie de l’ordre. (1)

0c93b260ddc5599ce6cbbd536991c294.jpg

Auteur de la photo  Ben22


L’engin qui labourait la terre était guidé de main de maître,
traçant des sillons profonds et rectilignes
— sillon après sillon, selon un ordre mathématique.

L’homme aux commandes était au fond de lui-même en proie au désordre ;
mais la machine effectuait la tâche assignée.

Seul l’homme peut fonctionner dans le désordre,
en proie au désordre intérieur et extérieur.

Ses velléités de contrôle amènent un désordre plus grand,
et les réformes suscitent le besoin d’autres réformes ;
c’est, semble-t-il, dans ce cycle sans fin que vit l’homme
se berçant de l’illusion abstraite d’un ordre imaginaire.

Se soustraire au désordre — telle est l’idéologie de l’ordre.

D’où la division entre l’idéal et la réalité ;
le terrain est alors prêt pour le conflit,
la lutte forcenée entre ce qui est et ce qui devrait être.

L’idée implique de voir et non de s’abstraire de ce qui est vu.

Par le concept, par la formule, on se détourne du fait, de ce qui est.

Cette attitude, consistant à fuir les événements réels
pour se réfugier dans l’abstraction,
suscite une division entre le penseur et sa pensée,
entre l’observateur et l’objet observé.

Ce sont là les fondements du désordre.

Le désordre, c’est le conflit — extérieur et intérieur.

L’harmonie totale, c’est l’ordre total.

.../...

22/11/2016

Extraits du manuscrit original du Journal de Krishnamurti.

 

30159357636_c14d97cce2_c.jpg

 

La couleur et la divinité sont unes.
Il avait plu en abondance et la terre avait reverdi,
sillonnée par des ruisselets de toutes parts.

Le bétail était gras et les chèvres, arborant leur pelage lisse,
broutaient toutes les jeunes pousses.
La quiétude était là, profonde, et la terre souriait.

Le lac prenait des teintes fauves, vibrantes de vie ;
des tons de terre brune mouillée, clairs et purs ;
des nuances de feuilles vernissées
— de celles qui ont connu la beauté du printemps, l’âpreté de l’été.

Au sein des eaux profondes était une gaîté, un éclaboussement de vie sans fin.

La terre entière était tendre et douce aux pieds nus, l’air frais et innocent.

La terre, de brun clair, avait viré au rouge, lavée de frais, rajeunie.

Les tamariniers et les manguiers vert sombre
ployaient sous leurs lourds feuillages aux reflets profonds.

Les fleurs jaunes du sésame étincelaient sous un soleil doux
que voilait une mince couche de nuages blancs.

Chaque arbre, chaque buisson se couvrait d’une tendre frondaison vert pâle,
tirant sur le jaune et le roux ;
les minces ruisselets captaient la lumière du soleil matinal au fil de leurs méandres
et de leurs détours parmi les champs et les prairies.

Haut dans le ciel, les nuages d’un blanc étincelant, surplombaient l’horizon.

C’était une belle journée, d’un calme absolu ; pas une feuille ne bougeait.

La terre semblait vierge encore de tout contact humain ;
la tendresse du matin, toute de pureté, planait sur la campagne.

...

 

Extraits des pages 104 et 105 du manuscrit original du Journal de Krishnamurti.

Ces pages, rédigées après 1973, et qui paraissaient incomplètes,
n’ont pas été incluses dans cet ouvrage, publié en 1982 .
Elles sont donc inédites à ce jour.

 

20/11/2016

La veillée du 18 novembre 2016

Le thème était : "Toute relation est un miroir"  en rapport avec le Livre de la méditation et de la Vie - page 93.

Vous pourrez lire ci-après le sens et l'utilisation du mot "miroir"

ainsi que l'origine du mot "intruser" !

 

Qu'est-ce qu'un miroir ? trouver l'intrus !

Green Sea Turtle.jpg

Toute relation est un miroir, mais en image inversée... et fractale...

Afin d'obtenir une image en miroir globale (ou holistique), il serait judicieux d'utiliser l'hologramme.

Selon le Larousse : un miroir est un corps poli qui réfléchit les rayons lumineux

Etymologie : du verbe mirer qui vient du latin mirare ("regarder attentivement"), il serait d'ailleurs plus juste de le tirer du mot arabe mirât "miroir"

En littérature, il peut figurer l'obstacle à franchir pour accéder à un monde différent.

Ne dit-on pas : "passer de l'autre côté du miroir"

Il peut symboliser le fait de s'évader du réel, afin d'accéder au monde du rêve, du merveilleux (merveilleux : là où la mère veille)

Nous retrouvons dans les croyances populaires, le miroir en tant que symbole de la porte, d'une limite vers un autre monde, ce qui rejoint la définition littéraire.

 

Quelques emplois spécifiques :

* dans le monde de la chasse : miroir aux alouettes, (employé aussi au sens figuré).

* occultisme : miroir magique (réf. au conte de Blanche Neige)

* en psychologie : "signe du miroir" qui est la tendance à longuement contempler                              sa propre image. 

Le stade du miroir nous donne le moment où l'enfant réalise la synthèse de son      

image en reflet dans le miroir et prend conscience de son identité (le moi)

* expression : les yeux sont le miroir de l'âme.

* les différents types de miroirs : miroirs à facettes, miroirs déformants, miroirs grossissants.

Peuvent altérer le reflet des objets s'y réfléchissant.

Le miroir sans tain est une variété de miroirs anciens, le tain (amalgame d'étain et de plomb)

est déposé à l'arrière d'une couche de verre réfléchissant.

Son effet ne fonctionne que si les personnes qui observent sans être vues,

se trouvent derrière la couche d'argent, et surtout dans une pièce sombre,

par rapport à une pièce éclairée. 

Intruser :

Selon le Larousse, "intruser" est un mot inconnu de la langue française.

par contre, il peut éventuellement être considéré comme un anglicisme, 

en anglais : intruser signifie intrus

pouvons nous considérer que ce mot "intruser" est judicieusement employé en français

afin de ne pas utiliser le mot violer  ?

cherchons l'intrus...

 

 

19/11/2016

La fonction de la relation...

IMG_8962.JPG

Marie claire et Alain

 Toute relation est inévitablement douloureuse, ce dont notre existence quotidienne donne ample témoignage.

Une relation où n'entre aucune tension cesse d'en être une, elle n'est plus qu'une drogue, un soporifique qui endort confortablement - et c'est ce qui convient le mieux à la plupart d'entre nous.

Il y a conflit entre ce désir intense de réconfort et la situation effective, entre l'illusion et le fait.

Si vous reconnaissez l'illusion, alors vous pouvez, en la dissipant, consacrer toute votre attention à la compréhension de la relation.

Mais si vous recherchez la sécurité dans la relation, celle-ci devient un investissement de confort, un capital d'illusion - alors que c'est l'absence même de sécurité de toute relation qui en fait la grandeur.

En recherchant une sécurité dans la relation, c'est la fonction même de la relation que vous entravez - attitude qui a ses propres conséquences et engendre ses propres malheurs.

Il ne fait aucun doute que la fonction de toute relation est de révéler l'état de notre moi tout entier.

La relation est un processus de révélation et de connaissance de soi.

Ce dévoilement de soi est douloureux, il exige des ajustements constants, une souplesse permanente de notre système intellectuel et émotionnel.

C'est une lutte difficile, avec des périodes de paix lumineuse...

couple-amoureux-660x500_dwopin.jpg

 

Mais en général nous cherchons à éviter ou éliminer la tension dans la relation, lui préférant la facilité et le confort d'une dépendance béate, d'une sécurité incontestée, d'un havre sûr.

Alors la famille et les autres relations deviennent un refuge, le refuge des êtres inconséquents. 

Dès que l'insécurité s'insinue au coeur de la dépendance, comme c'est inévitablement le cas, alors on laisse tomber la relation pour en nouer une autre, dans l'espoir d'y trouver une sécurité durable ;

mais il n'existe de sécurité dans aucune relation, et la dépendance n'engendre que la peur.

Si l'on ne comprend pas ce processus de sécurité et de peur, la relation devient une entrave, un piège, une forme d'ignorance.

Toute l'existence n'est alors que lutte et souffrance, et il n'y a pas d'issue, si ce n'est dans la pensée juste, qui est le fruit de la connaissance de soi.

 

Extrait de : 

KRISHNAMURTI - Le Livre de la Méditation et de la Vie - pages 94 et 95

(Livre de poche)

 

 

 

18/11/2016

Vous êtes le monde

Krishnamurti_imagem.jpg

 L'homme doit changer, afin d'être totalement conscient de ce qu'il est vraiment, dans les faits, non théoriquement.

Ce qu'il est, "est"

https://www.youtube.com/watch?v=PP0dXzKuMOM

Cette vidéo visible sur you tube a pour thème :

Krishnamurti, "Vous êtes le Monde". (K2 - version courte)

"L'observateur est l'observé", le cœur du message de Krishnamurti à travers et par le Prof. Samdhong Rinpoche, moine bouddhiste, ancien Premier Ministre du Gouvernement Tibétain en exil, ami de Krishnamurti.

Le film comporte trois parties écrites comme dans un livre, en plusieurs chapitres qui s'articulent autour d'extraits d'un documentaire sur K. tourné "in situ" dans les années 70.

 

Sur le chemin de la vérité, il n'y a pas de guide.

23296-KFA-P.jpg

 

Peut-on trouver Dieu en le cherchant ?  

Peut-on partir en quête de l'inconnaissable ?

Pour trouver, vous devez savoir ce que vous cherchez.

Si vous cherchez à trouver, ce que vous trouverez ne sera qu'une projection de vous-même ; ce sera un objet de votre désir, et ce qui est création du désir n'est pas la vérité.

La recherche de la vérité en est la négation.

La vérité n'a pas de domicile fixe ; nul chemin, nul guide ne peut vous y conduire et le mot vérité n'est pas la vérité.

Peut-on trouver la vérité dans un lieu particulier, sous un climat particulier, au contact de certaines personnes ?

Est-elle ici et pas là ?

Cet homme est-il meilleur guide que cet autre pour vous conduire à la vérité ?

Existe-t-il même un guide ?

Quand on cherche la vérité, ce que l'on trouve ne peut venir que de l'ignorance, car la recherche elle-même est née de l'ignorance.

Vous ne pouvez pas chercher la réalité : vous devez cesser pour que la réalité soit .

 

J.KRISHNAMURTI

Le livre de la méditation et de la vie - page 239

 

11/11/2016

J.K - 2/2 "La peur de blesser"

medium_DSCF3178.JPG




J.K - extrait d'entretiens


Pourquoi voulez-vous respecter les sentiments et opinions des autres ?

Avez-vous peur qu'on veuille heurter vos propres sentiments ou peser sur vos opinions ?

Si certains ont des opinions différentes des vôtres, vous ne pouvez savoir si elles sont justes qu'en les remettant en question, en entrant en contact effectif avec elles.

Et si vous constatez le manque de justesse de ces opinions et de ces sentiments, votre découverte va probablement troubler ceux qui chérissent ces sentiments, ces opinions.

Que faire alors ? Devez-vous y souscrire ou vous en accommoder, afin de ne pas blesser vos amis ?

 

Le Livre de la Méditation et de la Vie

page 219

20/10/2016

J. K - 1/2 "La peur de blesser"

medium_DSCF3120.JPG




J.K - extrait d'entretiens

Comment faire pour agir sans blesser les autres ?

Est-ce que vous voulez savoir ?

La réponse, je le crains, est qu'il ne faut rien faire du tout.

Si vous vivez pleinement votre existence, vos actions sont susceptibles de causer des heurts ;

mais qu'est-ce qui compte le plus :

découvrir ce qui est vrai, ou ne pas perturber les autres ?

La question est si simple qu'elle mérite à peine une réponse.


.../...

09/10/2016

La racine de toute peur.

5-picture2.gif

Aquarelle Alain

 

La soif de devenir est à l'origine de nos peurs.

L'état de non-peur, ce n'est ni la négation,

ni le contraire de la peur,

ce n'est pas non plus le courage.

 

Le Livre de la méditation et de la Vie  - p. 109

 

08/10/2016

Vivre seul, cela n'existe pas (3)

 

M -femmes en haîk.Essaouira.(aquarelle240x320)A.jpg

Aquarelle Alain

 

Il faut tendre toutes nos énergies non seulement vers la compréhension des pressions et des demandes extérieures dont nous sommes responsables,

mais vers la compréhension de nous-mêmes,

de notre solitude,

de nos peurs,

de nos demandes

et de nos fragilités.

 

Vivre seul, cela n'existe pas,

car vivre c'est toujours être en relation ;

mais vivre sans avoir de relations directes requiert une grande intelligence,

une conscience plus vive, plus vaste,

au service de la connaissance de soi.

Une existence "solitaire", s'il y manque cette conscience aiguë et fluide,

renforce les tendances déjà dominantes, et provoque un déséquilibre, une distorsion.

 

.../...

 

07/10/2016

Vivre seul, cela n'existe pas (2)

IMG_0448 B'.jpg

 

Nous sommes maîtres d'un jeu dont les autres deviennent les pions,

et quand le pion change de rôle et exige à son tour, nous sommes choqués et peinés.

Si notre forteresse est solide sans le moindre point faible,

ces attaques extérieures sont pour nous sans grande conséquence.

Les tendances particulières qui se font jour à mesure que l'on avance en âge

doivent être comprises et corrigées tant que nous sommes encore capables de nous étudier

et de nous observer avec détachement et tolérance ;

c'est maintenant qu'il faut observer avec détachement et tolérance ;

c'est maintenant qu'il faut observer et comprendre nos peurs.

.../...

 

Le Livre de la Méditation et de la Vie. Page 99

26/08/2016

Vivre seul, cela n'existe pas (1)

IMG_3557   B.jpg

(photo A. Bordeau) 

Nous voulons fuir notre solitude et ses peurs paniques,

c'est pourquoi nous dépendons des autres,

nous tirons profit de leur compagnie, et ainsi de suite.

 

.../...

Le Livre de la méditation et de la vie - p. 99

19/07/2016

Une manière d’agir totalement différente

Krishnamurti_78.jpg

La crise, elle est dans notre conscience, c’est-à-dire dans notre esprit, dans la manière que nous avons de considérer le monde sous un angle étriqué et limité.

 

 

Comment faut-il donc aborder la question ?

Est-ce que vous l’abordez avec un esprit, un cerveau qui dit : « C’est une question que je ne comprends pas tout à fait. Je vais d’abord l’observer, l’entendre, sans chercher de réponse. Voyons quel est le contenu de ces mots ».

C’est-à-dire : y-a-t-il une action qui ne soit pas issue de la mémoire, donc du temps ?

Je sais que le temps est nécessaire, que le savoir est nécessaire, pour conduire une voiture, ou devenir charpentier, chirurgien ; quoi qu’on veuille devenir, le savoir est nécessaire.

Mais est-il possible de répondre à cette question à l’aide de la pensée, qui est le mouvement de la mémoire ?

Si vous cherchez à répondre en termes de vrai ou faux, de possible ou d’impossible, vous dépendez de la mémoire.

C’est donc la pensée qui vous dicte la réponse.

Et la pensée étant limitée, votre réponse sera invariablement limitée, et donc source de conflit.

 

 

 

 

. 

15/02/2016

Y-a-t-il une action qui ne soit pas issue de la mémoire, donc du temps ?

2-picture3.gif

.../...

13/02/2016

J.K - "La vérité est un état" (2)

medium_DSCF0668_edited.2.JPG


J.K - extrait d'entretiens - 2/2



L'esprit qui fait des efforts, qui se discipline afin de toucher au but ne pourra jamais connaître la vérité, parce que la fin recherchée est sa propre projection, et la poursuite de cette projection, si noble soit-elle, est une forme de vénération de soi.

Cet être-là se vénère, c'est pourquoi il lui est impossible de connaître la vérité.

On ne peut connaître la vérité que lorsqu'on a compris l'ensemble des mécanismes de l'esprit, c'est à dire quand cesse tout effort.