Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/11/2007

J.K - "... aux enseignants"

6b572dfed67a37ec78c809173d1209cb.jpg



Pour voir clairement il faut qu’il y ait liberté et non une vision contrôlée


Question. - Ne dites-vous pas tout simplement que pour regarder convenablement il faut être objectif ?

Réponse. - Oui, mais le mot objectif ne suffit pas.

Ce dont nous parlons n’est pas l’impitoyable objectivité du microscope mais un état où il y a compassion, sensibilité et profondeur.

La discipline, comme nous l’avons dit, c’est connaître, connaître l’austérité n’entraîne pas la violence, ni vis-à-vis de soi-même ni vis-à-vis des autres.
Or, la discipline telle qu’elle est comprise habituellement est une action de la volonté, laquelle est violente.

La plupart des gens à travers le monde semblent croire que la liberté est le fruit d’une longue discipline.

Voir clairement est sa propre discipline.
Pour voir clairement il faut qu’il y ait liberté et non une vision contrôlée.
Et c’est ainsi que la liberté n’est pas à la fin, mais la compréhension de la liberté comporte sa propre discipline.

Ce sont deux choses inséparables ; si vous prétendez les séparer il y a conflit.
Pour surmonter ce conflit, il faut une action de la volonté qui engendre de nouveaux conflits.
C’est une chaîne sans fin.

Ainsi, la liberté est au commencement et non à la fin : ou encore le commencement est la fin.
Connaître tout ceci est une discipline spontanée.
Cela exige de la sensitivité.

Si vous n’êtes pas sensitif à vous-même - à votre milieu, à vos rapports - si vous n’êtes pas sensitif à tout ce qui se passe autour de vous, à la cuisine ou dans le monde extérieur, alors, quelque discipline que vous vous imposerez, vous ne ferez que devenir de plus en plus insensitif, de plus en plus centré sur vous-même - et alors vous verrez proliférer les problèmes.

Connaître c’est être sensitif à l’égard de soi-même, du monde qui vous entoure, parce que le monde qui vous entoure c’est vous-même.
Si vous êtes sensitif vis-à-vis de vous-même, forcément vous le serez vis-à-vis du monde.

Cette sensitivité est la cime de l’intelligence, ce n’est pas la sensitivité d’un spécialiste - docteur, savant ou artiste.

De telles fragmentations font obstacle à la sensibilité.


Le changement créateur. Pages 99 et 100. Chapître : Discipline. Editions Delachaux et Niestlé.1972.

Les commentaires sont fermés.