Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2007

J.K - 2/2 - "laisser la porte ouverte..."

171a6b8aec7576ad1ad6b896b7e3f07e.jpg


.../..

Quand il n’y a aucune déformation, il y a ordre et cet ordre établit sa propre discipline extraordinaire et subtile.

Tout ce que l’on peut faire c’est de laisser cette porte ouverte.

Que la réalité survienne ou non, on ne peut pas l’inviter.

Mais si l’on a beaucoup de chance, par l’effet d’un hasard étrange, elle peut survenir, elle est sa propre bénédiction.

Vous ne pouvez pas la rechercher.

Après tout, tels sont la beauté et l’amour, vous ne pouvez pas les rechercher, si vous les recherchez ce sont simplement des prolongations du plaisir, qui n’ont rien de commun avec l’amour.

Il existe une félicité qui n’est pas plaisir ; quand l’esprit est dans cet état de méditation, il règne une immense félicité, et la vie quotidienne faite de contradiction, de violence et de brutalité n’a plus aucune place.

Mais il faut y travailler très dur, tous les jours, pour poser cette base ; voilà ce qui importe et rien d’autre.

Et par ce silence qui est la nature même d’un esprit en méditation la beauté et l’amour peuvent prendre naissance.



Au seuil du silence. Page 158. Entretien IX. 25 juillet 1968. Editions Le Courrier du Livre. Actuellement réédité.

Les commentaires sont fermés.