Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/09/2008

(1) - Notes de J. KRISHNAMURTI

1174c0104f5dcf37d76b1e865fb8e297.jpg


Se soustraire au désordre - telle est l’idéologie de l’ordre.


Extraits des pages 104 et 105 du manuscrit original du Journal de Krishnamurti.
Ces pages, rédigées après 1973, et qui paraissaient incomplètes,
n’ont pas été incluses dans cet ouvrage, publié en 1982 .
Elles sont donc inédites à ce jour.


La couleur et la divinité sont unes.
Il avait plu en abondance et la terre avait reverdi,
sillonnée par des ruisselets de toutes parts.

Le bétail était gras et les chèvres, arborant leur pelage lisse,
broutaient toutes les jeunes pousses.
La quiétude était là, profonde, et la terre souriait.

Le lac prenait des teintes fauves, vibrantes de vie ;
des tons de terre brune mouillée, clairs et purs ;
des nuances de feuilles vernissées
— de celles qui ont connu la beauté du printemps, l’âpreté de l’été.

Au sein des eaux profondes était une gaîté, un éclaboussement de vie sans fin.

La terre entière était tendre et douce aux pieds nus, l’air frais et innocent.

La terre, de brun clair, avait viré au rouge, lavée de frais, rajeunie.

Les tamariniers et les manguiers vert sombre
ployaient sous leurs lourds feuillages aux reflets profonds.

Les fleurs jaunes du sésame étincelaient sous un soleil doux
que voilait une mince couche de nuages blancs.

Chaque arbre, chaque buisson se couvrait d’une tendre frondaison vert pâle,
tirant sur le jaune et le roux ;
les minces ruisselets captaient la lumière du soleil matinal au fil de leurs méandres
et de leurs détours parmi les champs et les prairies.

Haut dans le ciel, les nuages d’un blanc étincelant, surplombaient l’horizon.

C’était une belle journée, d’un calme absolu ; pas une feuille ne bougeait.

La terre semblait vierge encore de tout contact humain ;
la tendresse du matin, toute de pureté, planait sur la campagne.

.../...

Les commentaires sont fermés.