Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2008

J.K - (1) Réincarnation...

Div -causse Méjan.(aquarelle320x410)_edited.jpg


La réincarnation est essentiellement égoïste,

Vous voulez que je vous donne l'assurance que vous allez vivre une seconde vie,
mais il n'est en cela ni bonheur ni sagesse.

La quête de l'immortalité par la réincarnation est essentiellement égoïste,
et n'est donc pas conforme à la vérité.

Votre quête d'immortalité
n'est qu'un autre aspect du désir de pérenniser des réflexes d'autodéfense
qui vont à l'encontre de la vie et de l'intelligence.

29/11/2008

J.K - (2) Peur de la mort ?

Ch Photo 645_editedA.jpg
,

Vous ne vivez pas dans la joie,
vous n'êtes pas heureux,
vous n'êtes pas vitalement sensible aux choses.

Est-ce pour cela que vous demandez ce qui va se passer après la mort ,

La vie pour vous n'est que souffrance, alors la mort vous intérese beaucoup plus.

Vous avez le sentiment que, peut-être, le bonheur sera présent après la mort.

Mais c'est un immense problème et je ne sais pas si vous voulez réellement
l'approfondir.

Aprs tout, c'est la peur qui est à la base de tout cela -
la peur de mourir, la peur de vivre, la peur de souffrir.

Si vous ne pouvez pas comprendre l'origine de la peur,
et vous en libérer, il importe peu que vous soyez vivant ou mort.

28/11/2008

J.K - (1) Peur de la mort ?

Div -miroir.(aquarelle 360x510).jpg


Pourquoi avez-vous peur de la mort ?

Est-ce parce que, peut-être, vous ne savez pas comment vivre ?

Si vous viviez pleinement, auriez-vous peur de la mort ?

Si vous aimiez, les arbres, les couchers de soleil, les oiseaux,
la feuille qui tombe,
si vous étiez attentif aux hommes et aux femmes qui pleurent,
aux pauvres,
et si vous aviez vraiment de l'amour dans le coeur,
auriez-vous peur de la mort ?

Qu'en dites-vous ?

Ne vous laissez pas persuader par moi.

Réfléchissons-y ensemble.

27/11/2008

J.K - (4) La mort perçue en tant qu'état

DSCF3356.jpgA.jpg


Pour découvrir ce qu'est la vie,
de même que pour découvrir ce qu'est la mort,
il faut entrer en contact avec la mort,
c'est à dire mettre fin chaque jour à tout ce que nous avons connu.

Il faut mettre fin aux images que nous avons élaborées
- celle que nous nous sommes créée de nous-même,
de notre famille,
de nos relations,
l'image que nous avons édifiée à travers nos plaisirs,
nos liens avec la société,
nos liens avec toute chose.

C'est précisément ce qui se passera à l'heure de notre mort.

26/11/2008

J.K - (3) La mort perçue en tant qu'état

DSCF3319.jpgA.jpg


La vie,
telle qu'elle est en ce moment,
est un supplice,
une tourmente incessante,
un noeud de contradictions,
donc une source de conflits,
de malheur,
de confusion.

La routine quotidienne du bureau,
la répétition du plaisir,
avec les douleurs qui y sont liées,
l'angoisse,
les tâtonnements,
l'incertitude
- c'est ce que nous appelons vivre.

Nous nous sommes accoutumés à ce genre de vie.
Nous l'acceptons ;
nous vieillissons en vivant ainsi,
et nous mourons.

25/11/2008

J.K - (2) La mort perçue en tant qu'état

DSCF3169.jpgA.jpg


L'organisme, en raison du traitement auquel il est soumis, et de la maladie,
va finalement mourir un jour.

Si nous sommes sains de corps et d'esprit, nous avons l'envie de découvrir ce
que signifie la mort.

Ce n'est pas un désir morbide, car c'est peut-être en mourant que nous
comprendrons ce qu'est la vie.

24/11/2008

J.K - (1) La mort perçue en tant qu'état

DSCF3121.jpgA.jpg


Nous avons tous peur de mourir.

Pour que cesse cette peur,
nous devons entrer en contact avec la mort

- il ne s'agit pas d'un contact avec l'image que notre pensée, se fait d'elle,
mais d'une perception réelle de la mort en tant qu'état.

Sinon la peur n'en finira jamais,
car c'est le mot mort qui suscite la peur,
et nous ne voulons même pas en parler.

Nous est-il possible -
alors que nous sommes en bonne santé, normaux, capables de raisonnement
lucide, de pensée objective, d'observation
- d'entrer en contact avec ce fait,

de manière totale ?

21/11/2008

J.K - (27) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

1662937229.jpg


Nul ne peut échapper à ces expériences,
mais rien n’oblige à les laisser s’enraciner dans le terreau de notre esprit.

Ce sont ces racines qui suscitent les problèmes,
les conflits et les luttes incessantes.

La seule issue, c’est de mourir chaque jour au jour précédent.

Seul un esprit clair peut être passionné.

Sans passion, on ne voit ni la brise qui joue dans le feuillage,
ni l’eau éclaboussée par le soleil.

Sans passion, point d’amour.

Fin de cette note en 27 parutions.

Traduction extraite du bulletin de l’ACK n° 69 - Deuxième bulletin 1995(1996).

19/11/2008

J.K - (26) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

.

1631990652.jpg


Ils s’accumulent, s’entassent les uns sur les autres,
c’est alors que commence la souffrance.

Cette souffrance, c’est le temps.

Le temps ne peut cohabiter avec l’innocence.

La passion ne naît pas de la souffrance.

La souffrance, c’est l’expérience, l’expérience de la vie quotidienne,
cette vie de tortures, de plaisirs éphémères, de peurs et de certitudes

18/11/2008

J.K - (25) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

96671397.jpg


Les innocents ignorent la douleur,
la souffrance,
même s’ils ont vécu des milliers d’expériences.

Ce ne sont pas les expériences qui corrompent l’esprit,
mais les traces qu’elles laissent,
les résidus,
les cicatrices,
les souvenirs.

17/11/2008

J.K - (24) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

Seule l’innocence peut être passionnée.

09/11/2008

J.K - (23) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.



L’anonymat véritable est issu du silence ;

nulle autre humilité n’existe.

Les vaniteux seront toujours des vaniteux,
même s’ils se drapent dans l’humilité,
ce qui fait d’eux des êtres durs et cassants.

Jailli de ce silence,
le mot amour prend un tout autre sens.

Ce silence n’est pas là-bas quelque part :

il est là où n’est point le bruit que fait l’observateur absolu.

08/11/2008

J.K - (22) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

31EBDECE4613AEFC8DA9D25B90311B.jpg


La pensée,
étant toujours vieille,
ne peut en aucun cas pénétrer le silence,
qui est toujours neuf.

Ce qui est neuf devient vieux dès que la pensée le touche.

C’est en puisant aux sources de ce silence qu’il faut regarder et parler.

07/11/2008

J.K - (21) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

45A78C8079A8D993A6404B7A1079DB.jpg


Le silence,

à l’opposé de la pensée,

est toujours neuf.

06/11/2008

J.K - (20) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

C8AE5D24D719653337116A7C8E334.jpg


Elle peut se forger une image du silence et s’y conformer,
la vénérer,
comme elle fait pour tant d’autres images de sa fabrication.

Ayant fait du silence une formule,
elle le nie par là-même ;
les symboles qu’elle élabore sont la négation même de la réalité.

Pour que soit le silence,
la pensée elle-même doit être immobile et silencieuse.

05/11/2008

J.K - (19) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

1874714193.jpg


Le temps, c’est la mémoire,
et pour elle, le silence est de plus ou moins longue durée ;
le temps et la mémoire peuvent le mesurer,
lui offrir un espace,
lui donner une continuité
— il devient alors un jouet de plus.

Mais le silence, ce n’est pas cela.

Tout ce qui est élaboré par la pensée reste du domaine du bruit,
et la pensée ne peut absolument pas faire silence.

04/11/2008

J.K - (18) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

4AFEC2FCE7676ACFFB31EE5206512.jpg


La conscience, dans sa globalité, est un mouvement incessant et bruyant,
évoluant dans des limites qu’elle s’impose elle-même.

Dans ce cadre-là,
tout silence ou immobilité est la cessation momentanée du bavardage,
mais c’est un silence touché par le temps.

03/11/2008

J.K - (17) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

1271012418.jpg



Il faut puiser aux sources du silence pour regarder et écouter.

Le silence,

ce n’est pas la cessation du bruit ;

le silence,

ce n’est pas l’arrêt du vacarme incessant de l’esprit et du coeur ;
ce n’est pas le produit ni le résultat du désir,
pas plus qu’un effet de la volonté.

02/11/2008

J.K - (16) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

afe415093b1109524bdf0f8a254fccc8.jpg


Ce n’est pas vous qui êtes là,
mais rien que le mouvement.

Vous êtes trop insignifiant,
ou trop grand pour ce mouvement que rien ne précède ni ne suit.

Il est cette énergie avec laquelle la pensée-matière ne peut entrer en contact.

La pensée est perversion
car elle est le produit du passé ;
elle est prisonnière des vicissitudes de tous les siècles passés,
d’où son caractère confus et incertain.

Quoi que vous fassiez,
le connu ne pourra jamais accéder à l’inconnu.

La méditation,
c’est mourir au connu.

01/11/2008

J.K - vos visites en octobre...

Vous avez été 1396 visiteurs ce mois-ci...

Plus de 800 d'entre vous passent régulièrement...

4100 pages ont été "tournées" durant cette période...

.... et quelques commentaires,

à bientôt

J.K - (15) Il faut puiser à la source du silence pour regarder et écouter.

94841E4C358C6DC1E89581124BA6E.jpg



La méditation est à la fois un mouvement de l’inconnu et dans l’inconnu.